Page:Mérimée, Lettres à une inconnue 1,1874.djvu/250

Cette page a été validée par deux contributeurs.

peut-être bien. Je crois que maintenant j’aurai assez d’empire sur moi pour ne pas me mettre en colère. Je n’en répondrais pas cependant. Le parti que vous prendrez sera le bon. Je ne puis vous promettre que les meilleures intentions du monde d’être calme et résigné.



LXXXIV


Avignon, 29 septembre.

Il y a bien des jours que je n’ai reçu de vos nouvelles et presque aussi longtemps que je ne vous ai écrit. Mais, moi, je suis excusable. En vérité, le métier que je fais est des plus fatigants. Tout le jour, il faut ou marcher ou courir la poste, et, le soir, malgré la fatigue, il faut brocher une douzaine de pages de prose. Je ne parle que des écritures ordinaires, car, de temps en temps, j’ai à faire la chouette à mon ministre. Mais, comme ils ne lisent pas, je puis impunément dire toutes les bêtises possibles.

Le pays que je parcours est admirable, mais