Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 9.djvu/431

Cette page n’a pas encore été corrigée

D EPUIS citie les géomètres ont proposé de mesurer dans un même lieu les deux lignes de courbure de la surface de la terre, pour en déduire les dimensions de l’elli psoïde osculateur en ce lieu, la mesure de l’amplitude astronomique d’un arc de parallèle est devenue une des opérations les plus importantes et les plus délicates de la géodésie. Il résulte des Mémoires qui ont été présentés, il y a peu de temps, à l’Académie des sciences sur la mesure d’un arc du parallèle moyen et de l’excellent ouvr~âe de messieurs les astronomes italiens sur cette même mesure à laquelle ils ont pris une part si active, que la détermination du temps absolu aux extrémités d’un T. IX. 24

MÉMOIRE

SUR

La mesure et le calcul des azimuts propres à la détermination des longitudes terrestres ;

PAR M. PUISSANT.

Lu à l’Académie royale des Sciences, le 15 octobre 18 :18.

1er.