Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 6.djvu/363

Cette page a été validée par deux contributeurs.


MÉMOIRE


Sur la théorie mathématique des phénomènes électrodynamiques uniquement déduite de l’expérience, dans lequel se trouvent réunis les Mémoires que M. Ampère a communiqués à l’Académie royale des Sciences, dans les séances des 4 et 26 décembre 1820, 10 juin 1822, 22 décembre 1823, 12 septembre et 21 novembre 1825.


----


Lépoque que les travaux de Newton ont marquée dans l’histoire des sciences n’est pas seulement celle de la plus importante des découvertes que l’homme ait faites sur les causes des grands phénomènes de la nature, c’est aussi l’époque où l’esprit humain s’est ouvert une nouvelle route dans les sciences qui ont pour objet l’étude de ces phénomènes.

Jusqu’alors on en avait presque exclusivement cherché les causes dans l’impulsion d’un fluide inconnu qui entraînait les particules matérielles suivant la direction de ses propres particules ; et partout où l’on voyait un mouvement révolutif, on imaginait un tourbillon dans le même sens.

Newton nous a appris que cette sorte de mouvement doit, comme tous ceux que nous offre la nature, être ramenée par le calcul à des forces agissant toujours entre deux particules matérielles suivant la droite qui les joint, de manière que