Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 15.djvu/471

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


On voit donc que les étoffes de diverses natures chimiques ne présentent pas de grandes différences dans les poids d’eau qu’elles sont susceptibles d’absorber respectivement dans les mêmes circonstances.

Il serait superflu, sans doute, de faire remarquer les conséquences que l’on peut déduire du tableau que j’ai déposé sur le bureau de l’Académie, pour éclairer plusieurs questions qui se présentent assez fréquemment dans le commerce, relativement au poids très-différent que peut avoir la même étoffe, suivant qu’elle est plus ou moins sèche. J’ai tout lieu de croire mes expériences exactes, parce que, depuis huit ans que je me suis occupé de ce sujet, j’ai apprécié les difficultés qu’il fallait surmonter pour arriver à des résultats satisfaisants.