Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 15.djvu/466

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Je vais tirer maintenant plusieurs conséquences de mes observations.


Chanvre.


La filasse de chanvre sérancée, non blanchie, absorbe plus d’humidité que le fil de chanvre non blanchi : mais la différence est faible.

La, toile de chanvre a absorbé très-sensiblement moins d’eau que le fil et la filasse ; mais la différence ne doit pas être attribuée exclusivement à la forme de tissu, puisque la toile soumise à l’expérience avait été blanchie, et que la filasse et le fil ne l’avaient pas été.


Lin.


La filasse de lin non blanchie et le fil de lin écru ont absorbé plus d’eau que la filasse et le fil blanchis.

D’une autre part, les filasses ont notablement plus absorbé d’eau que leurs fils respectifs, même dans une atmosphère saturée ; ce qui est conforme à ce que j’ai observé pour le chanvre.


Coton.


Le coton en poil absorbe plus d’eau que le coton filé et le coton tissé, et sensiblement moins que les filasses de chanvre et de lin non blanchies.

Le coton filé a absorbé un peu moins que le coton tissé. Je n’oserais affirmer que cette différence, qui est très-légère d’ailleurs, fût essentielle ; car dans une série d’expériences autre que celle du tableau, j’ai obtenu le résultat