Page:Louÿs - Les Chansons de Bilitis, 1898.djvu/42

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« Torti-tortue, que fais-tu là au milieu ? — Je dévide la laine et le fil de Milet. — Hélas ! Hélas ! Que ne viens-tu danser ? — J’ai beaucoup de chagrin. J’ai beaucoup de chagrin.

— Torti-tortue, que fais-tu là au milieu ? — Je taille un roseau pour la flûte funèbre. — Hélas ! Hélas ! Qu’est-il arrivé ! — Je ne le dirai pas. Je ne le dirai pas.

— Torti-tortue, que fais-tu là au milieu ? — Je presse les olives pour l’huile de la stèle. — Hélas ! Hélas ! Et qui donc est mort ? — Peux-tu le demander ? Peux-tu le demander ?

— Torti-tortue, que fais-tu là au milieu ? — Il est tombé dans la mer… — Hélas ! Hélas ! et comment cela ? — Du haut des chevaux blancs. Du haut des chevaux blancs. »