Ouvrir le menu principal

Page:Louÿs - Œuvres complètes, éd. Slatkine Reprints, 1929 - 1931, tome 2.djvu/98

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




SOIR PRÈS DU FEU


L’hiver est dur, Mnasidika. Tout est froid, hors notre lit. Lève-toi, cependant, viens avec moi, car j’ai allumé un grand feu avec des souches mortes et du bois fendu.


Nous nous chaufferons accroupies, toutes nues, nos cheveux sur le dos, et nous boirons du lait dans la même coupe et nous mangerons des gâteaux au miel.


Comme la flamme est sonore et gaie ! N’es-tu pas trop près ? Ta peau devient rouge. Laisse-moi la baiser partout où le feu l’a faite brûlante.


Au milieu des tisons ardents je vais chauffer le fer et te coiffer ici. Avec les charbons éteints j’écrirai ton nom sur le mur.