Ouvrir le menu principal

Page:Louÿs - Œuvres complètes, éd. Slatkine Reprints, 1929 - 1931, tome 2.djvu/38

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




LES CONTES


Je suis aimée des petits enfants ; dès qu’ils me voient, ils courent à moi, et s’accrochent à ma tunique et prennent mes jambes dans leurs petits bras.


S’ils ont cueilli des fleurs, ils me les donnent toutes ; s’ils ont pris un scarabée, ils le mettent dans ma main ; s’ils n’ont rien, ils me caressent et me font asseoir devant eux.


Alors ils m’embrassent sur la joue, ils posent leurs têtes sur mes seins ; ils me supplient avec les yeux. Je sais bien ce que cela veut dire.


Cela veut dire : « Bilitis chérie, redis-nous, car nous sommes gentils, l’histoire du héros Perseus ou la mort de la petite Hellé. »