Ouvrir le menu principal

Page:Louÿs - Œuvres complètes, éd. Slatkine Reprints, 1929 - 1931, tome 2.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




MÉLANCOLIE


Je frissonne ; la nuit est fraîche, et la forêt toute mouillée. Pourquoi m’as-tu conduite ici ? mon grand lit n’est-il pas plus doux que cette mousse semée de pierres ?


Ma robe à fleurs aura des taches de verdure ; mes cheveux seront mêlés de brindilles ; mon coude, regarde mon coude, comme il est déjà souillé de terre humide.


Autrefois pourtant, je suivais dans les bois celui… Ah ! laisse-moi quelque temps. Je suis triste, ce soir. Laisse-moi, sans parler, la main sur les yeux.


En vérité, ne peux-tu attendre ! sommes-nous des bêtes brutes pour nous prendre ainsi ! Laisse-moi. Tu n’ouvriras ni mes genoux ni mes lèvres. Mes yeux mêmes, de peur de pleurer, se ferment.