Ouvrir le menu principal

Page:Louÿs - Œuvres complètes, éd. Slatkine Reprints, 1929 - 1931, tome 2.djvu/145

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




LA COMMANDE


« Vieille, écoute-moi. Je donne un festin dans trois jours. Il me faut un divertissement. Tu me loueras toutes tes filles. Combien en as-tu et que savent-elles faire ?


— J’en ai sept. Trois dansent la kordax avec l’écharpe et le phallos. Néphélê aux aisselles lisses mimera l’amour de la colombe entre ses seins couleur de roses.


Une chanteuse en péplos brodé chantera des chansons de Rhodes, accompagnée par deux aulétrides qui auront des guirlandes de myrte enroulées à leurs jambes brunes.


— C’est bien. Qu’elles soient épilées de frais, lavées et parfumées des pieds à la tête, prêtes à d’autres jeux si on les leur demande. Va donner les ordres. Adieu.