Ouvrir le menu principal

Page:Louÿs - Œuvres complètes, éd. Slatkine Reprints, 1929 - 1931, tome 2.djvu/117

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




HYMNE À ASTARTÉ


Mère inépuisable, incorruptible, créatrice, née la première, engendrée par toi-même, conçue de toi-même, issue de toi seule et qui te réjouis en toi, Astarté !


Ô perpétuellement fécondée, ô vierge et nourrice de tout, chaste et lascive, pure et jouissante, ineffable, nocturne, douce, respiratrice du feu, écume de la mer !


Toi qui accordes en secret la grâce, toi qui unis, toi qui aimes, toi qui saisis d’un furieux désir les races multipliées des bêtes sauvages, et joins les sexes dans les forêts.


Ô Astarté irrésistible, entends-moi, prends-moi, possède-moi, ô Lune ! et treize fois, chaque année, arrache à mes entrailles la libation de mon sang !