Ouvrir le menu principal

Page:Louÿs - Œuvres complètes, éd. Slatkine Reprints, 1929 - 1931, tome 2.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




LA TENTATIVE


Tu étais jalouse de nous, Gyrinno, fille trop ardente. Que de bouquets as-tu fait suspendre au marteau de notre porte ! Tu nous attendais au passage et tu nous suivais dans la rue.


Maintenant tu es selon tes vœux, étendue à la place aimée, et la tête sur ce coussin où flotte une autre odeur de femme. Tu es plus grande qu’elle n’était. Ton corps différent m’étonne.


Regarde, je t’ai enfin cédé. Oui, c’est moi. Tu peux jouer avec mes seins, caresser mon ventre, ouvrir mes genoux. Mon corps tout entier s’est livré à tes lèvres infatigables, — hélas !


Ah ! Gyrinno ! avec l’amour mes larmes aussi débordent ! Essuie-les avec tes cheveux, ne les baise pas, ma chérie ; et enlace-moi de plus près encore pour maîtriser mes tremblements.