Page:Lissagaray - Alfred de Musset devant la jeunesse, Cournol, 1864.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.



À


M. AUGUSTE VACQUERIE


Monsieur,


Vous ne croyez pas qu’on puisse s’égarer en défendant avec âme une idée généreuse, et vous m’avez dit : « Je suis avec vous et je serai fier de le constater publiquement ». Permettez-moi de vous dédier cette conférence qui n’a pas la prétention d’être une étude, mais simplement une protestation.

On m’avait dit : vous soulèverez par votre âpreté ; on m’avait dit : vous irriterez les sectaires de la forme ; on m’avait dit : vous serez accusé de vous acharner sur un mort. Et moi, qui crois que les vérités se passent d’euphémismes et repoussent loin d’elles les périphrases heureuses qui font le succès des erreurs ; moi, qui crois que l’amour de la forme aboutit fatalement à l’admiration du fait ; moi, qui crois que les morts relèvent de notre jugement, alors surtout qu’on les ressuscite pour en faire des idoles, je n’ai cherché de récompense que dans l’accomplissement d’un devoir.