Page:Lissagaray - Alfred de Musset devant la jeunesse, Cournol, 1864.djvu/34

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ainsi donc c’est bien entendu, Rolla, Cassius, Frank, c’est la foi qui va combler l’abîme de votre cœur. Mais quelle foi ? Est-ce la foi au progrès, à l’avenir, en vos frères, à la science, car derrière votre Dieu, vous voyez, je pense, quelqu’un où du moins quelque chose ? Ne vous chargerez-vous pas de nous l’apprendre, amant de Belcolor, bandit Frank, vous qui savez sans doute le pour et le contre des choses, qui sans doute avez pâli longtemps le front incliné sous la lampe des veilles ? Vous répondez, je crois :

Tels que dans un pillage, en un jour de colère,
On voit à la lueur d’un flambeau funéraire,
Des meurtriers courbés dans un silence affreux.
. . . . . . . . .
Tels les analyseurs égorgent la nature.
. . . . . . . . .
— Que vous restera-t-il, enfant de nos entrailles,
Le jour où vous viendrez suivre les funérailles
De cette moribonde et vieille humanité ?
Ah ! tu nous maudiras, pâle postérité !
Nos femmes ne mettront que des vieillards au monde.
Ils frapperont la terre avant de s’y coucher ;
Puis il crieront à Dieu : — Père, elle était féconde,
A qui donc as-tu dis de nous la dessécher ?
— Mais vous, analyseurs, persévérants sophistes,
Quand vous aurez tari tous les puits des déserts,
Quand vous aurez prouvé que ce large univers
N’est qu’un mort étendu sous les anatomistes :
Quand vous nous aurez fait de la création
Un cimetière en ordre, où tout aura sa place,
Où vous aurez sculpté, de votre main de glace,
Sur tous les monuments la même inscription ;
Vous, que ferez-vous donc dans les sombres allées
De ce jardin muet ?
. . . . . . . . .
— Ah ! vous avez voulu faire les Prométhées ;
Et vous êtes venus, les mains ensanglantées,
Refondre et repétrir l’œuvre du Créateur !
Il valait mieux que vous, ce hardi tentateur.