Page:Lissagaray - Alfred de Musset devant la jeunesse, Cournol, 1864.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


traite madame Pierson, il l’opprime, il la torture, il l’outrage de comparaisons cyniques avec ses anciennes maîtresses. Madame Pierson s’obstine à lui pardonner et à l’aimer ; mais quand ce supplice a duré bien longtemps, quand elle est à bout de résignation et de tendresse, elle cesse de l’aimer et elle le quitte. Si c’est là un bourreau, je demande ce que c’est qu’un patient.

» Octave se lalssera-t-il quitter ? Il sait qu’il a détaché de lui sa maîtresse, qu’elle ne l’aime plus, qu’elle en aime un autre. La jalousie remue en lui toute la lie de son passé ; il redevient tout à fait don Paez ; il veut tuer, et se tuer. Qui l’arrêterai C’est ici la crise suprême, et l’extrémité du mal. Pour la dernière fois, la vie et la mort sont en présence. Qui le sauvera ? Ce que rien n’a pu faire, pas même le noble amour de madame Pierson, qui le fera ? Il prend un couteau, et s’approche du lit où dort sa maîtresse, il est résolu, il écarte le drap pour découvrir le cœur ; le drap écarté, il aperçoit… « entre les deux seins blancs un petit crucifix d’ébène ». Alors il lâcbe le couteau, joint les mains et s’agenouille ; sa jalousie, ses années de débauche, la contagion du temps, tout s’efface ; il se dévoue, et part pour laisser à sa maîtresse —la liberté et le bonheur. Il est guéri, et radicalement don Paez est guéri de tuer et Rolla de mourir. La croix de madame Pierson achève ce qu’avait ébauché la croix de Marion.

» La croix, voilà donc le remède au « siècle ». Pour qu’on n’en doute pas, lorsqu’il s’agit de donner un nom à son livre, Octave l’appelle sa « Confession ». Et si çà ne vous suffit pas qu’il aille à confesse, le voici qui communie : dans l’introduction, il appelle l’hostie « le pain de Dieu » et « le symbole éternel de l’amour céleste ». Et c’était bien la peine de nier l’immortalité de l’àme pour croire à l’éternité de l’hostie. »

Voici comment il fut pris de la maladie du siècle :

« J’étais à table, à un grand souper, après une mascarade. Autour de moi mes amis richement costumés, de tous côtés des jeunes gens et des femmes ; tous étaient, étincelants de