Page:Lissagaray - Alfred de Musset devant la jeunesse, Cournol, 1864.djvu/11

Cette page a été validée par deux contributeurs.


faux braves si les épreuves d’initiation étaient plus douloureuses.

Arrière ces craintes ; elles n’appartiennent pas aux Jeunes qui ont de véritables croyances. Quel que soit l’accueil qu’on leur réserve, ils ne connaîtront jamais le découragement. Vaillants, car nous avons le devoir pour principe, pour guide, l’exemple de nos maîtres, pour récompense, notre conscience et leur appui. Merci, monsieur et maître, je le savais.