Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
84
L’ÉPOUVANTE

— Avenue Henri-Martin. Au coin du boulevard Lannes.

Une espèce de pudeur, un scrupule inexplicable, l’empêcha de donner l’adresse exacte. Sans s’en rendre compte, il agissait comme un coupable, n’osant pas faire arrêter sa voiture devant la maison. Quoi de plus naturel pourtant ? Il partait avec un mandat déterminé, au su et au vu de tout le monde. Mais il s’imagina qu’à l’énoncé de cette adresse « 29, boulevard Lannes », le cocher le regarderait de côté. Sur les trottoirs, le long des devantures fermées, des gens passaient très vite. Il songea que cette nuit, qui s’en allait ainsi, laissant flotter autour de toutes choses une buée triste et très froide, était étrangement longue. Afin de mieux réfléchir, il se cala dans un coin, ferma les yeux, et remua mille pensées, mêlant à ses projets, la vision de la chambre du crime, et celle du café où il avait pris sa résolution définitive. Le petit jour dont il gardait derrière ses paupières closes le reflet triste, évoquait dans son esprit l’aube lugubre des matins d’exécution, et dans ce chaos de pensées se chevauchant et se mêlant, passaient dans un