Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/65

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
60
L’ÉPOUVANTE

le conserverait-il ? Quand s’apercevrait-on du meurtre ? Si la victime, ainsi que tout le laissait supposer, vivait seule et n’avait ni bonne, ni femme de ménage, plusieurs jours pouvaient s’écouler avant que l’on remarquât son absence. Un matin, un fournisseur sonnerait à sa porte : ne recevant pas de réponse, il insisterait, entrerait. Une odeur épouvantable le prendrait à la gorge. Il monterait l’escalier de bois, pénétrerait dans la chambre et là !…

Ensuite, ce serait la fuite éperdue, les appels : « Au secours ! À l’assassin ! », la police sur pied, toute la presse acharnée à découvrir le coupable, le public passionné pour la cause célèbre qui fait en un seul jour monter le tirage des journaux, car le mystère entourant ce crime ne saurait manquer de lui donner une importance inaccoutumée. Pendant tout ce temps-là, lui, Coche, continuerait sa vie, vaquant à ses occupations, promenant son secret de place en place, avec la joie de l’avare qui garde dans sa poche, et tâte à chaque pas, la clé du coffre où sont enfermées ses valeurs. Jamais l’homme ne possède à un degré aussi élevé la conscience de sa force morale, de sa