Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/48

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
43
L’ÉPOUVANTE

sans autre appui que sa volonté, sans autres renseignements que ceux qu’il aurait su trouver lui-même, arrivant à la vérité, puis, sans cri, sans combat, déclarant le plus simplement du monde, un beau jour :

— « À telle heure, à tel endroit, vous trouverez les meurtriers. Je dis qu’ils seront là, non parce que le hasard m’a mis sur leurs traces, mais parce qu’ils ne peuvent se trouver ailleurs ; et ils ne peuvent se trouver ailleurs par la seule raison que les événements provoqués par moi les ont obligés à venir donner dans le piège chaque jour plus étroit et plus solide que j’ai tendu sous leurs pas. »

J’emploierais à cela tout le temps nécessaire, mes nuits, mes jours, pendant des semaines et des mois. Ainsi, je connaîtrais cette volupté d’être celui qui cherche, et trouve. Auprès de cela parlez-moi des émotions du jeu, de l’ivresse de la découverte ! J’aurais goûté toutes les voluptés en une seule… Toutes ?… À la vérité, il m’en manquerait une : la peur… La peur qui décuple les forces, double, triple les heures… Mais, alors… il est donc une volupté supérieure