Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/45

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
40
L’ÉPOUVANTE

était trop maladroite pour mettre la main sur les assassins. De temps en temps, elle en arrêtait bien un, au petit bonheur, et parce que le hasard se mettait dans son jeu. Mais, pour un gredin pris au collet, combien de crimes impunis ! La Police se fait non avec des brutes solides, mais avec des cerveaux intelligents, avec des artistes véritables, des hommes qui considèrent leurs fonctions moins comme un métier que comme un sport. Pour peu qu’un criminel ne commette pas une lourde maladresse, il est sûr de l’impunité. L’homme qui ne laisse rien derrière lui, peut voler, tuer en toute sécurité. Le crime découvert, on cherche dans l’entourage de la victime, on fouille sa vie au hasard, on remue ses papiers. Si le meurtrier n’a jamais été mêlé à son existence, au bout de quelques mois de recherches, après qu’un juge d’instruction entêté ait gardé sous les verrous un pauvre diable dont l’innocence finit par éclater, l’affaire est classée, et les criminels, enhardis par le succès, recommencent, plus forts et plus introuvables cette fois, parce que les maladresses des policiers dont ils ont pu suivre le