Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
32
L’ÉPOUVANTE

Mais, quand le fracas du meuble renversé eut cessé de rebondir dans la maison, pas une voix ne s’éleva, pas un murmure ne traversa la nuit, pas un souffle ne le fit tressaillir.

— Allons, pensa-t-il, les cambrioleurs étaient plus forts que moi. La cage était vide, et ils le savaient, les bougres ! Ils ont travaillé tout à leur aise, et n’ont même pas éprouvé le besoin, ouvriers méthodiques, de refermer les portes derrière eux. Voilà pourquoi je suis entré si aisément.

Un commutateur électrique se trouvait sous ses doigts : il le tourna. Une lumière flamba, éclairant une pièce assez vaste, et quand ses yeux, une seconde surpris et clignotants, purent regarder, ce fut pour voir un spectacle à la fois si imprévu et si horrible qu’il sentit ses cheveux se dresser sur sa tête, et qu’il étouffa mal un hurlement d’épouvanté.

La chambre était dans un état de désordre insensé. Une armoire ouverte montrait des piles de linge bousculées, des draps pendants, comme arrachés et maculés de taches rouges. Des tiroirs béants on avait retiré des papiers, des chiffons,