Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/20

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
15
L’ÉPOUVANTE

son revolver, et éprouva, à en caresser la crosse, une sécurité joyeuse. Mille pensées confuses traversèrent son cerveau. Il aperçut nettement des choses qui, depuis des années, dormaient en lui. Pendant quelques secondes, il comprit l’angoisse de l’homme en péril qui revit, entre deux battements de son cœur toute sa vie, il connut l’avertissement redoutable et précis du danger présent, immédiat, et cet effort désespéré de la machine humaine dont les muscles, les sens et la raison, atteignent pour la défense de l’être, le maximum de leur perfection.

Les ombres avançaient toujours, s’arrêtant net, puis repartant, glissant par bonds successifs et rapides. Quand elles ne furent plus qu’à quelques pas de lui, elles ralentirent leur course, et s’arrêtèrent. Alors, sous la lumière du bec de gaz, il put les étudier tout à son aise, et suivre leurs moindres mouvements.

Il y avait une femme et deux hommes. Le plus petit tenait sous le bras un paquet volumineux enveloppé de chiffons. La femme tournait la tête de droite à gauche, l’oreille au guet. Comme s’ils avaient craint que quelqu’invisible témoin pût les