Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/160

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
155
L’ÉPOUVANTE

Jamais les heures de la journée ne lui avaient paru aussi longues.

Il entra dans un café, commanda une consommation qu’il ne but pas, sortit de nouveau, rôda à l’aventure, attendant la nuit. Enfin, des lumières s’allumèrent à la devanture des magasins. Le crépuscule arriva, puis la petite obscurité, la grande nuit…

Il était dans le quartier de l’École Militaire. Là, du moins, il était sûr de ne rencontrer personne. Depuis qu’il s’y promenait, il éprouvait la sensation d’être dans une autre ville. Il entendit sonner cinq heures. À partir de maintenant, tous ses actes devaient être réglés, coordonnés en vue du but à atteindre, c’est-à-dire, de sa propre arrestation. Se dénoncer lui-même, il n’y songea pas un instant. Il voulait montrer la routine de la police, son manque de clairvoyance. Il importait donc que son arrestation vînt d’elle. Ainsi, il indiquerait clairement avec quelle légèreté on se lance sur une piste, avec quelle ténacité irréfléchie on la suit, et surtout avec quel entêtement on y reste attaché, contre toute évidence. Le triomphe serait de donner du crime la version