Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/16

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
11
L’ÉPOUVANTE

fond d’une province, le souvenir des longues soirées d’hiver, des rues silencieuses où l’on entend par les soirs de printemps, lorsque le bois travaille, craquer les auvents des maisons et les poutres des toits, demeura un instant immobile devant cette porte qui se refermait. Sans savoir pourquoi, il évoqua « ses vieux », depuis longtemps assoupis à cette heure, la bonne maison d’autrefois, la petite patrie absente, et la vie simple et facile qu’aurait pu être la sienne, si quelque démon ne l’avait attiré vers l’immense Paris, où, débarqué en conquérant il avait dû, n’ayant jamais connu la chance, se contenter d’une place de reporter dans un quotidien du matin.

Il alluma une cigarette, et, sans hâte, reprit son chemin.

Le dîner fin, le vin vieux, avaient fait se lever dans sa tête des vapeurs légères, des espoirs endormis, et, dans cette minute où rien ne troublait son rêve, ni le bruit des machines, ni le frisson du papier, ni l’odeur d’encre, de chiffons et de graisse qui flotte dans les salles de rédaction, il entrevit presque prochaine, cette chose formi-