Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
151
L’ÉPOUVANTE

tendant crier avec insistance, qu’il se souvint que c’était son nom. Une réelle gêne l’avait d’ailleurs envahi depuis qu’il avait quitté sa chambre, depuis que — sans aucune intention, évidemment — l’hôtelier avait parlé du crime du boulevard Lannes. Il se retourna donc, d’assez méchante humeur.

— Qu’est-ce que c’est encore ?

— Monsieur, il est d’usage, j’avais oublié de vous le dire, de payer la location d’avance, pour la première semaine, tout au moins.

— C’est trop juste, répondit Coche, en revenant sur ses pas.

Il paya donc, décidé à ne pas coucher là le soir. On ne manquerait pas, dans la suite, de voir là un indice sinon de sa culpabilité, du moins de son désir de n’être pas reconnu.

En même temps, et par une contradiction bizarre, il éprouva, plus intense encore que la veille, une sensation de malaise. À peine s’il avait endossé depuis quelques heures la défroque de son nouveau personnage, et déjà il en était oppressé. Il sentait remuer autour de lui une foule de choses imprécises ; il devinait la