Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/138

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
133
L’ÉPOUVANTE

papier avec fièvre, il disparaissait depuis huit heures du matin. Il faisait perdre au Monde le bénéfice de son information sensationnelle. À cette heure, tous les journaux étaient aussi bien, sinon mieux informés que lui. Déjà les feuilles du soir publiaient sur le crime du boulevard Lannes des articles documentés de deux colonnes.

Il brandit devant ses yeux le papier du Méridional :

— Voilà une interview du Commissaire de police ! Ne venez donc pas me dire qu’il n’y avait pas moyen de se renseigner : Ceci a été écrit au plus tard à onze heures. À onze heures, vous, vous ne saviez rien !… Qu’est-ce que vous voulez ? Tant pis je vais téléphoner à ce garçon-là de venir, et je le mettrai sur l’affaire.

Coche laissa passer l’orage sans répondre, puis se décida à parler :

— Voulez-vous me permettre ?… Vous venez de dire que cet article a été écrit à onze heures ?

— Parfaitement, onze heures et demie au plus tard…

— Cet article a été écrit au plus tôt à midi et demi, une heure moins le quart…