Page:Lettres d’un Provençal à son épouse, 1867.djvu/87

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LETTRE TREIZIÈME

Paris, le……


Puisque tu le désires, viens vite, ma bonne femme, tu ne feras qu’augmenter le nombre. Je te prie donc de me faire savoir le jour de ton départ, afin que j’aille à ta rencontre ; de prendre bien soin du fruit que tu portes en ton sein, et d’apporter le plus d’argent que tu pourras en réaliser.

Si tu n’avais pas eu l’intention de venir me rejoindre jusqu’alors, je suis sûr que tu t’y serais décidée d’après ce que tu vas lire.

Il existe à Paris quantité de maisons auxiliaires, c’est-à-dire des endroits où les femmes