Page:Lettres d’un Provençal à son épouse, 1867.djvu/79

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LETTRE ONZIÈME

Paris, le……


Une connaissance, que je viens de faire, me confirme, ma chère épouse, dans l’idée que tu as sur les ressemblances. Mademoiselle E……r, ou madame P……, car elle a deux noms, est une jeunesse qui n’est ni bien ni mal, mais qui est douée d’un grand fond d’esprit, ce qui lui donne un air de bonté. Cette créature était chez un nommé M……d, qui lui a fait un enfant. Ce monsieur M……d était marié, mademoiselle E……r voulut donner un père à son fruit, elle eut donc la faiblesse apparente de se laisser séduire par un jeune étourdi à qui elle eût l’adresse de faire

7