Page:Lettres d’un Provençal à son épouse, 1867.djvu/73

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LETTRE DIXIÈME

Paris, le……


Tu vas être bien surprise, ma bonne amie, en apprenant que généralement les femmes de Paris l’emportent en esprit et en connaissances, non-seulement sur celles de la France, mais encore sur celles des pays les plus éloignés. Madame B……t, épouse d’un fameux médecin, m’en a fourni la preuve irrécusable. Dès le premier abord, je plus à cette charmante créature, et maintenant je suis à ses plaisirs d’une nécessité indispensable. La première fois que je lui rendis visite je la trouvai seule. La saluer, la trousser et la foutre fut l’affaire d’un instant. Ne pouvant