Page:Lettres d’un Provençal à son épouse, 1867.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LETTRE TROISIÈME

Paris, le……

J’ai bien reconnu au peu de mots que tu me réponds, ma tendre moitié, le feu du foutre des femmes du midi. Si la lecture de ma lettre t’a procuré des jouissances, la tienne m’a fourni une bonne fortune. La maîtresse de la maison où je loge est une blonde aux yeux noirs, grande, teint de lys et jolie bouche. C’est elle-même qui m’a remis ta lettre : je l’ai ouverte en sa présence, et tout en la lisant mes sens s’échauffèrent mon œil s’enflamma… et Bibi, qui faisait bâton, fut remarqué de la belle. Je m’en aperçus et la regardai… Elle rougit… Lors m’approchant, je la pris

2.