Page:Lettres d’un Provençal à son épouse, 1867.djvu/21

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


RÉPONSE PREMIÈRE

Marseille, le……


Mon cher petit mari ! J’ai reçu tes deux premières, et tu vois l’empressement que je mets à y répondre. Quel plaisir tu m’as procuré et me procure encore, car je décharge en ce moment tout en relisant ta seconde lettre. Hélas ! que n’y a-t-il à Marseille une rue de la Tannerie ! comme j’irais m’y faire foutre ! Je suis sûre que toutes les jolies femmes de Paris courent en foule s’y faire tanner, surtout celles qui ne se laissent pas trousser à cause des bavards. Quoi de plus discret que des aveugles et des sourds-muets ? Oh ! c’est bien là la plus belle des rues ! rien que d’y