Page:Les Aventures de Huck Finn.djvu/96

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Jim ouvrait de grands yeux et m’interrompait à chaque instant pour me demander des explications que je lui donnais de mon mieux.

— Je n’ai pas beaucoup entendu parler de rois, me dit-il, à moins de compter ceux qu’on voit sur les jeux de cartes. Combien gagne un roi ?

Je racontai ce qui s’était passé.

— Combien il gagne ? Rien du tout. Il prend ce qu’il veut — mille dollars par mois et même davantage, si cela ne lui suffit pas.

— Bah ! il aurait de la peine à dépenser mille dollars par mois. Et qu’a-t-il à faire, massa Huck ?

— En voilà une question ! Est-ce que tu te figures qu’il est obligé de travailler ?

— C’est un métier qui m’irait assez.

— Tu n’es pas dégoûté. Seulement, en temps de guerre, il faut qu’il