Page:Leroy-Beaulieu - Les Guerres contemporaines.djvu/80

Cette page a été validée par deux contributeurs.
78
BIBLIOTHÈQUE DE LA PAIX

sur les Bavarois et les Hanovriens nons n’avons aucun chiffre, il y eut cependant quelques combats sanglants. Nous pouvons, sans exagération, admettre un chiffre de 3,000 tués pour les petits États.

Un supplément de la Gazette de Florence, cité par le Moniteur du 9 juillet 1866, donne l’évaluation suivante des pertes italiennes à Custozza : 951 morts, 2,909 blessés, 4,252 prisonniers. Le chiffre des morts ne comprend que ceux qui ont expiré, dans les premiers jours après la bataille ; il doit donc être fortement augmenté, presque doublé par ceux qui ont succombé à leurs blessures dans l’année qui suivit la bataille. Pour la journée de Lissa, la Nazione prétend savoir que la perte totale des Italiens a été de 743 tués et de 155 blessés (Moniteur du 29 juillet 1866). Nous n’avons aucun détail sur les pertes des volontaires, qui ne laissèrent pas d’être importantes. Nous ne pouvons évaluer à moins de 3,000, à Custozza, à Lissa et dans la campagne de Garibaldi, le nombre des Italiens qui périrent par le feu de l’ennemi. Malgré le peu de durée de la guerre, cette mortalité doit évidemment être doublée, si l’on tient compte de la mortalité produite par les maladies, les fatigues, le mauvais régime, toutes les souffrances physiques et morales.

En résumé, le nombre des Prussiens tués ou morts est d’environ 11,000 ; nous regardons le chiffre probable des pertes autrichiennes comme variant de 20 à 25,000 ; celui des petits États de la Confédération