Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/95

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rente de la terre. La hausse de cette dernière a deux raisons ; d’abord elle a pour cause la hausse générale de tous les profits de capitaux, ensuite elle est produite par l’augmentation de la population qui réclame plus de denrées agricoles et qui, par conséquent, en élève d’autant plus le prix que les capitaux ne se sont pas accrus.

2° Considérons maintenant une société où les capitaux augmentent et où la population reste stationnaire les phénomènes économiques qui se produisent alors sont une baisse des profits, une hausse des salaires et une hausse également de la rente de la terre. Pourquoi encore la hausse de cette dernière dans une hypothèse si différente de la précédente ? C’est que l’accroissement des salaires et du bien-être général amènent une beaucoup plus grande demande des denrées agricoles dont certaines peuvent être consommées en quantités singulièrement croissantes par un même nombre d’individus suivant le degré d’opulence où ils se trouvent. Il faut mettre en culture des terres moins fertiles, ou des terres plus éloignées des principaux marchés de là la hausse de la rente.

3° Voyons la troisième hypothèse de Stuart Mill. Soit une société où la population et les capitaux augmentent également, et où les arts de production restent stationnaires là aussi il y a une plus grande demande de produits agricoles, par conséquent mise en culture de terres de moindre qualité ou de plus grand éloignement, ou bien encore affectation à l’agriculture, pour la rendre plus intensive, de nouveaux capitaux dont la force de production, au delà d’une certaine limite, va en diminuant pour toutes ces raisons, il y aussi dans cette troisième société une tendance à la hausse de la rente.

Ces hypothèses embrassent tous les cas qui peuvent se présenter dans une société en progrès, sauf un seul celui où l’art agricole serait soudainement l’objet de très-grands perfectionnements et où, sur toute la surface du pays, il se ferait de profondes améliorations dans la culture qui diminueraient notablement le prix de revient des produits. Dans ce cas, la rente de la terre pourrait baisser, ou tout au moins la hausse en serait