Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/94

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lité, dans quelque condition qu’elles se soient produites, doivent avoir sur le même marché au même moment le même prix, c’est encore là une cause de bénéfices exceptionnels ou de rente de la terre pour les domaines les mieux situés, les plus voisins des principaux lieux de consommation.

Pour résumer cette doctrine, il y a trois causes de la rente de la terre : 1° la supériorité de fertilité naturelle de certaines terres relativement aux plus mauvaises terres que l’état de la demande des denrées agricoles maintient en culture ; 2° l’infériorité de rendement des nouveaux capitaux consacrés à la culture intensive au delà de certaines limites ; 3° le privilège de situation, et la proximité des marchés ou des voies de communication.

Cette théorie de Ricardo ainsi comprise est considérée comme le pont aux ânes de l’économie politique. Dans les trois cas que nous venons de décrire, le propriétaire recueille ce qu’il n’a pas semé, ce qui n’est pas le fruit de son travail ; il profite d’avantages purement naturels qui n’ont pas été le résultat de ses efforts.

Voilà la théorie de Ricardo en elle-même. Quelles sont maintenant les conséquences que l’on en tire au point de vue de la distribution des richesses ? La plus généralement admise, c’est que les fortunes immobilières croissent toujours, sans aucun travail du possesseur, dans une civilisation progressive. Stuart Mill qui, en économie politique, n’a pas été un inventeur, mais qui a merveilleusement analysé toutes les conséquences des principes posés par ses maîtres, Adam Smith, Malthus, Ricardo, admet que, dans une société qui est en progrès, il y a une tendance à la baisse du prix de revient et de la valeur de tous les objets fabriqués, et une tendance au contraire à la hausse de tous les produits de l’agriculture et des mines.

Il est intéressant de se reporter aux diverses hypothèses de Stuart Mill : il en fait trois.

1° Soit une société où la population augmente et où les capitaux restent stationnaires il s’y manifeste une baisse des salaires, une hausse des profits, une hausse également de la