Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/71

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


analogues à nos cercles, et qui étaient fort éloignées des repas qu’on eût faits dans l’Icarie de M. Cabet. Il y avait, d’ailleurs, à Sparte une grande inégalité des richesses.

On donne, d’ordinaire, quatre explications ou justifications de la propriété privée. Les jurisconsultes la font dériver de l’occupation ; la terre, avant l’appropriation individuelle, était, dans cette doctrine, une chose sans maître, une res nullius qu’il suffisait d’occuper pour en être propriétaire. À cette thèse on fait bien des objections. On dit que la terre, avant l’appropriation individuelle, n’est pas une chose sans maître, une res nullius, qu’il n’en est ainsi ni chez les peuples chasseurs, ni chez les peuples pasteurs, ni chez les peuples agriculteurs, qu’elle appartient indivisément à la tribu dont elle est ou le domaine de chasse, ou le domaine de parcours, ou le domaine agricole. Un casuiste parmi les jurisconsultes, M. Renouard, fait à ce système une autre critique l’occupation de la terre, dit-il, ne peut jamais être complète, absolue, parce que la terre ne peut être réellement appréhendée.

Une seconde théorie, celle de la plupart des économistes et de quelques philosophes, Locke, Adam Smith, Bastiat, donne à la propriété foncière pour base unique le travail. Ici encore, il y a des objections et des difficultés. La terre produit souvent plus que la rémunération habituelle du travail ; le célèbre épisode de Bastiat sur le Clos-Vougeot n’est pas probant. La propriété des chutes d’eau, des mines, des terrains d’une exceptionnelle situation ou d’une rare fertilité, rapporte en général bien au delà du travail qu’elle a causé. Les adversaires de ce système font valoir que le propriétaire ne devrait pas avoir droit à la plus-value de la terre louée et exploitée par un autre. Il faudrait en revenir à ces arrangements qu’a décrits avec amour M. de Laveleye, le beklemgt recht ou le contratto di livello, qui ne laissent au propriétaire non exploitant qu’une rente fixe.

Quelques philosophes, embarrassés par les lacunes des deux précédentes doctrines, admettent que la propriété résulte d’un contrat au moins tacite : tel est Kant. À ce système s’en