Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/578

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


opposés au progrès de l’organisation et à l’avènement d’une vie plus haute[1]. » La moindre inégalité des conditions ne fera pas disparaître toute différence entre l’inférieur et le supérieur ; mais en rapprochant entre eux les distances, en rendant plus difficile, soit une complète déchéance, soit un prompt et définitif succès, elle pourra avoir pour résultat de diminuer un peu l’activité industrielle exubérante qui a été à la fois l’honneur et le tourment du dix-neuvième siècle.

Il faut néanmoins prendre son parti de la tendance à une moindre inégalité des conditions ; on doit non seulement s’y résigner, comme à un phénomène nécessaire, mais s’en réjouir comme d’une transformation heureuse ; car, si elle offre des inconvénients qui sont incontestables, qui peut-être seront passagers, elle présentera des avantages permanents beaucoup plus grands.

Nous tous qui sommes, à un degré plus ou moins élevé, des privilégiés de la fortune, nous ne devons pas envisager le passé avec regret, ni l’avenir avec défiance. Si nous pensons à l’existence de nos descendants, si nous considérons qu’elle sera peut-être moins opulente, moins brillante que la nôtre, nous devons songer en même temps qu’ils auront un esprit plus calme, des désirs plus limités, qu’ils seront aussi plus à l’abri des revers et des chutes profondes. Les descendants des riches d’autrefois sont souvent les ouvriers d’aujourd’hui. Ainsi beaucoup des enfants ou des arrière-petits-enfants des bourgeois de ce siècle retomberont ou par leur faute ou par les accidents dans ce vaste réceptacle que l’on appelle la classe des prolétaires : ils y auront une destinée plus douce, plus assurée que les prolétaires d’à présent. Riches ou pauvres, bourgeois ou ouvriers, peuvent rêver avec tranquillité d’esprit au sort de leurs descendants ; cette pensée doit réconcilier toutes les classes de la société avec ce phénomène économique si considérable : la tendance à une moindre inégalité des conditions.

FIN.
  1. Les Bases de la morale évolutionniste, édition de Germer Baillière, p. 163.