Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/548

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


simple, soit sous la forme progressive, il a jeté de la lumière sur ce phénomène qui échappe à la plupart des yeux : la rareté des grandes fortunes.

Aux États-Unis, pendant la guerre de sécession, on établit un impôt sur le revenu qui avait une forme en partie progressive cet impôt dura encore quelques années après la guerre.

En 1866, la taxe était de 5 p. 100 pour les revenus entre 600 dollars et 3,000, de 7 1/2 et de 10 p. 100, suivant les cas, sur les revenus supérieurs à 5,000 dollars (23,000 francs). Le produit de la taxe fut de 72,982,000 dollars, soit 365 millions de francs environ sur ce chiffre 34,501,000 dollars, soit 17,500,000 francs, étaient fournis par les revenus au delà de 5,000 dollars ou de 23,000 francs. Ainsi les revenus des personnes riches ou aisées, quoique grevés d’un droit qui était de moitié ou du double plus élevé que le droit sur les petits revenus, ne fournissaient pas la moitié du produit de l’impôt. Si l’on tient compte de cette circonstance que les revenus au-dessous de 600 dollars étaient complètement exemptés, on voit que, même aux États-Unis, les revenus supérieurs à 5,000 dollars ou 25,000 francs ne devaient guère représenter plus du dixième de l’ensemble des revenus nationaux. Mais il faut remarquer aussi qu’à cette époque le cours forcé régnait aux États-Unis, que tous ces revenus sont estimés en papier qui perdait 30 ou 40 p. 100[1], qu’en outre, même en tout temps, la valeur de la monnaie relativement au travail humain est moindre aux États-Unis qu’en Europe ; si l’on tient compte de toutes ces circonstances, on voit qu’un revenu de 3,000 dollars en papier dans l’année 1866 aux États-Unis n’équivalait guère qu’à un revenu de 12,000 ou 13.000 francs en argent dans l’Europe continentale. Ces explications démontrent quelle faible proportion les classes riches détiennent de l’ensemble des revenus nationaux.

M. David Wells, l’ancien commissaire du trésor de l’Union

  1. Le 16 février 1866. l’or était coté 137 1/4 p. 100 ; au 17 septembre de la même année, il était monté à 145.