Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/530

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pératives de consommation, un nombre fort respectable de petits industriels et de petits commerçants ou d’industriels moyens[1]. Les 381,972 personnes recensées dans ce tableau font bien, en effet, avec leurs familles, 2 millions d’individus, peut-être même 2 millions et demi. Le petit commerce ou la petite industrie[2] et les petites professions indépendantes, que l’on peut considérer comme s’arrêtant à un revenu officiel de 7,500 francs correspondant à un revenu réel de 10 à 12,000 fr., sont représentés par 272,000 contribuables. Le moyen commerce, la moyenne industrie et les professions diverses aléatoires, qui vont d’un revenu officiel de 7,300 francs à un revenu officiel de 23,000 francs, correspondant à 11,000 et 34, 000 fr. de revenu réel, comprennent 88,000 contribuables. Le grand commerce, la grande industrie et l’exercice lucratif des professions libérales s’étendent, selon nous, de 25,000 francs de revenu officiel à 230,000 francs inclusivement ; ce qui correspond à des revenus réels de 34,000 à 325,000 francs environ ; 21,000 personnes à peu près sont dans ce cas. Enfin les très grandes fortunes commerciales ou industrielles, ou plutôt les très gros revenus, pour être plus correct, commencent au chiffre de 250,000 francs de revenu officiel ou de 325,000 francs de revenu réel on voit que 1,122 individus seulement sont dans cette situation, dont 86 pour un revenu évalué à plus de 1,230,000 francs, correspondant à un revenu réel de 1,600,000 à 1,700,000 francs.

Si nous ne nous trompons, ces chiffres sont de nature à corriger des erreurs fort répandues. Même dans ce pays de commerce et d’industrie concentrés, les fortunes géantes sont donc beaucoup plus rares qu’on ne le pense, puisqu’on ne recense que 1,122 contribuables à la cédule D (Revenus commerciaux et pro-

  1. La cédule D ne comprend pas seulement, il est vrai, les industriels et les commerçants, il s’y joint aussi les personnes exerçant des professions diverses autres que les fonctions du gouvernement ou que les emplois des sociétés (corporate bodies) donnant lieu à un traitement fixe. On peut estimer que les neuf dixièmes des contribuables de la cédule D doivent être des industriels et des commerçants.
  2. Nous employons ici le mot de petite industrie dans le sens de petit industriel.