Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/525

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


usage ; ils nous suffiront pour jeter quelque lumière sur un sujet intéressant et, grâce à ces sources, si limitées qu’elles soient, nous aurons encore l’occasion de dissiper quelques préjugés.

Il ne faut pas juger de la distribution des revenus dans la Grande-Bretagne d’après la propriété terrienne celle-ci est en peu de mains ; il n’en peut être autrement avec les lois actuelles qui perpétuent la féodalité en plein dix-neuvième siècle. On ne pourra juger de ce que produit, même dans un pays de vieilles fortunes et de grand commerce, le cours naturel des choses relativement à la distribution de la propriété foncière que lorsqu’on aura établi le free trade in land, le libre commerce de la terre, comme le demande la fraction la plus avancée du parti libéral anglais. Ce n’est pas qu’il ne se rencontre dans les statistiques officielles anglaises, dans le New Domesday book, datant d’il y a trois ou quatre ans, un nombre fort respectable de propriétaires : on en a recensé alors pour les trois royaumes 1,152,816, dont 972,836 pour l’Angleterre proprement dite. Ce chiffre est considérable et dépasse singulièrement toutes les évaluations qui avaient cours dans le public, beaucoup de personnes s’imaginant que l’Angleterre comptait seulement 30,000 propriétaires fonciers.

Toutefois, quand on examine d’un peu plus près ce gros chiffre de 973,836 auquel on estime le nombre des propriétaires anglais, on voit qu’il a beaucoup moins d’importance réelle qu’on ne lui en supposait. En effet, 703,289 propriétaires anglais ne détiennent que des parcelles inférieures à un acre, c’est-à-dire à 41 ares : ils possèdent, sans doute, un simple cottage et un jardin potager, peut-être même seulement l’un ou l’autre. Parmi les 269,547 propriétaires de plus d’un acre, il y a sans doute beaucoup de doubles emplois. N’en tenons pas compte 220,642 personnes possèdent de 1 acre à 100 (de 0,41 ares à 41 hectares) ; 37,216 personnes ont de 100 acres à 1,000 (de 41 à. 410 hectares) ; c’est là ce qui correspond à la grande propriété française. Enfin, 5,408 propriétaires ont plus de 1,000 acres ou de 410 hectares. Un recueil intéressant que