Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/484

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


châtiments. Or, dès l’aurore du vingtième siècle, on verra à l’œuvre, armés de nos engins et de notre science, Japonais, Chinois, Indiens, nègres du Soudan, du Congo ou du Zambèze. Dût-on prohiber leurs marchandises qu’ils n’en seraient guère moins redoutables. Leur travail plus actif, plus soutenu, leurs habitudes plus sobres leur permettraient de produire à meilleur marché pour eux-mêmes, et de supprimer l’exportation européenne dans les pays non européens. Aux désirs intempérants et aux prétentions excessives de nos ouvriers, il y a un avertissement que l’on doit opposer et dont ils feront leur profit s’ils ont quelque sagesse : « prenez garde aux Asiatiques, ces rivaux qui ont pour idéal du bonheur une écuelle pleine de riz. »

On prétend que l’abréviation de la journée de travail accroît la force productive de l’ouvrier, de telle sorte qu’une tâche de 10 heures finit par équivaloir à une de 12. Il y a dans cette proposition une part de vérité ; mais, sous peine de tomber dans l’absurde et le ridicule, comme le fait Karl Marx, il faut se garder d’exagération en cette matière. Un industriel d’Alsace, il y a quelque trente ans, écrivait à M. Michel Chevalier, qu’ayant réduit d’une demi-heure la journée de travail, il avait obtenu un produit un peu plus considérable qu’auparavant. Cette année même (juin 1880), un manufacturier important de Normandie qui avait, à cause de la crise, réduit à 10 heures le travail de ses ateliers, sans changer le tarif des tâches, nous disait que ses ouvriers, qui étaient aux pièces, produisaient dans cette journée de 10 heures autant qu’en 10 heures et demie à peu près auparavant quand la journée était de 12 heures effectives. Il est vraisemblable que si la population était de longue date habituée à un travail de 10 heures ou de 9 heures et demie, si elle avait des habitudes régulières, un bon régime alimentaire, qu’elle sût faire un utile emploi de ses loisirs, elle rendrait autant de services en ce laps de temps qu’elle le faisait autrefois en 12 heures ; mais nous ne croyons pas qu’on pût aller plus loin. Une trop grande intensité de travail, une activité exagérée, finissent par être nuisibles, par