Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/453

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de ménage. Les sociétés coopératives de consommation ont notablement réduit le prix de la plupart des articles d’épicerie.

Comparé au prix du blé, le salaire depuis Élisabeth s’est prodigieusement accrû. D’après les recherches de Roscher, l’un des savants les plus érudits et les plus consciencieux qui soient, un travailleur ordinaire gagnait sous Élisabeth le quarter (280 litres) de blé en 48 jours ; au dix-septième siècle, en 43 jours ; de 1700 à 1766, en 32 jours ; de 1815 à 1850, en 19 jours ou en 28 au plus ; vers 1860 et 1865, en 15 ou 20 jours. Aujourd’hui, il gagnerait le quarter de blé en moins encore. Si l’on prenait le blé comme seule mesure, le salaire de l’ouvrier anglais aurait triplé depuis Élisabeth, plus que doublé depuis la fin du dix-huitième siècle ; il aurait augmenté de 30 à 40 p. 100 depuis 1850. Ces résultats ne s’éloignent guère de la vérité, tellement a baissé le prix de toutes les superfluités d’un usage général.

L’examen des variations du salaire en France confirmera ces données. Boisguillebert dans son traité des grains, écrivant dans la seconde moitié du dix-septième siècle, fixe à 7 ou 8 sous de notre monnaie le salaire minimum du travailleur des champs ; pendant la moisson le salaire était double. En 1697, d’après le même auteur, les ouvriers de Paris gagnaient de 40 à 50 sous par jour, évaluation qui nous semble exagérée. Vauban n’estimait qu’à 22 ou à 45 sous les salaires des ouvriers de Paris, à 18 sous ceux des artisans de province, à 12 ou 13 sous ceux des travailleurs des champs. L’écart était alors beaucoup plus considérable qu’il ne l’est actuellement entre les différentes catégories d’ouvriers. D’un côté, les corporations supprimaient la concurrence dans les arts et métiers et déprimaient les ouvriers de la dernière catégorie ; d’un autre côté, l’instruction était moins répandue et le privilège des ouvriers habiles était mieux assuré. En 1819, Chaptal parlait de 25 sous comme salaire moyen : aujourd’hui ce salaire est d’au moins 50 sous ; à Paris il dépasse 4 francs. La rémunération des simples manœuvres a plus haussé que celle des artisans, par les raisons que nous venons de dire. D’après un autre minutieux statisti-