Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/443

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


portion de 5 p. 100 de pauvres avec l’ensemble de la population.

Plus défectueuses que celles de l’Angleterre proprement dite sont les statistiques de l’Écosse et de l’Irlande ; moins probantes aussi. Telles qu’elles sont, elles témoignent d’une réduction, non d’une augmentation du paupérisme. De 1849 à 1859, on ne comptait en Écosse que les pauvres directement assistés sans y comprendre leur famille (dependents) ; c’est seulement à partir de 1860 qu’on fit cette nécessaire addition. En 1849 il y avait en Écosse 82.357 pauvres directement assistés pour une population de 3,000,000 d’habitants[1] ; c’était un rapport de 2,73 p. 100, plus favorable que le rapport existant en Angleterre à la même époque ; mais il ne faut pas oublier que le chiffre des pauvres écossais en 1849 était incomplet, puisque les dependents ne s’y trouvaient pas compris. En 1859, le nombre des indigents assistés en Écosse a fléchi à 78,501 pour une population de 3,123,174 âmes : il y a donc eu une diminution absolue du nombre des pauvres dans cet intervalle de dix années, la diminution relative est encore plus forte, car le rapport des indigents à la population n’est plus que de 2,51 p. 100. À partir seulement de l’année 1860 les chiffres sont complets : dans cet exercice le nombre total des indigents assistés était de 114.209 (soit 77,306 assistés directement et 36.963 composant leurs familles dependents) ; la population montait alors à 3,044,070 âmes, ce qui donne un rapport de 3,75 indigents pour 100 habitants. En 1869, le chiffre des pauvres assistés écossais monte à 128,339 pour une population de 3,304,747, soit 3,88 pauvres pour 100 âmes, rapport faiblement plus élevé que celui de 1859 ; mais, en 1877, le nombre des indigents écossais assistés est tombé à 96,404 pour 3,560,715 âmes, ce qui donne un rapport de 2,70 p. 100 seulement. Le nombre des indigents en Écosse a donc diminué considérablement de 1849 ou de 1859 à 1877 : il a décrû de deux façons et absolument et encore plus relativement à la population. L’année 1877, dira-t-on peut--

  1. Nous n’avons pas le chiffre exact des habitants en 1849, celui que nous donnons est le chiffre du recensement de 1855, par conséquent un peu supérieur.