Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/442

Cette page n’a pas encore été corrigée


Que deviennent, en présence de ces chiffres, les assertions si légèrement répétées que le nombre des pauvres va sans cesse en augmentant dans les sociétés modernes ?

La ville de Londres, qui est réputée pour le plus grand repaire d’indigents du monde entier, donne-t-elle un démenti à nos conclusions ? Certes, s’il y a eu un temps propice au développement de la misère, c’est bien la triste année 1879 où la crise commerciale et industrielle a atteint son apogée et les premiers mois de 1880 où le fléau d’une mauvaise récolte s’est joint à celui d’un hiver d’une exceptionnelle rigueur. Le nombre des indigents a donc augmenté à Londres dans ces dernières années ; mais approche-t-il de ce que suppose l’imagination émue de beaucoup de romanciers et de quelques économistes ? Chose étrange, il semble que le nombre des indigents soit moins grand à Londres qu’il ne l’est à Paris, de même qu’il est constaté que la mortalité dans la métropole anglaise est plus faible que dans la capitale de la France. Dans la dernière semaine de février de chacune des années qui vont suivre, le nombre des pauvres assistés soit dans les asiles ou workhouses, soit à domicile, était :

En 1877 de 85,649
En 1878 de 86,313
En 1879 de 89,338
En 1880 de 95,800


La population de Londres dépasse 4 millions d’habitants. Nous admettons que les indigents secourus ne l’étant pas tous toute l’année, si l’on voulait avoir le total des individus qui à un moment quelconque ont été obligés de recourir à la charité légale on obtiendrait un total plus élevé nous ne méconnaissons pas non plus que des personnes dans une situation très-étroite, équivalant à l’indigence ou y touchant de près, peuvent n’être pas secourues par l’assistance officielle, n’obtenir d’aide que de comités privés, ou même traîner misérablement, sans subsides d’aucune sorte, une vie d’excessives privations ; néanmoins il est fort douteux qu’en ajoutant tous ces contingents nouveaux et inconnus on arrive pour la ville de Londres à une pro-