Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/348

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XIII

DE LA CLASSE DES FONCTIONNAIRES ET DES PROFESSIONS LIBÉRALES.


Tendance à une rétribution moindre des fonctionnaires et des personnes adonnées aux professions libérales. — Exceptions pour certaines catégories d’artistes. — Causes économiques et sociales des gains énormes des chanteurs, des comédiens, des peintres d’un talent exceptionnel. — Comment une société démocratique et industrielle enrichit plus ses favoris qu’une société aristocratique. — Tandis que les capacités de premier ordre, ayant une sorte de monopole, voient leur rémunération s’élever, les capacités de second ordre et les talents ordinaires voient baisser la leur. — La généralité de l’instruction diminue le capital et le revenu des personnes instruites. — Un des anciens monopoles des classes moyennes ou élevées, l’instruction, tombe dans le domaine public et perd son prix comme un objet dont le brevet d’invention serait expiré.

La lutte devient de plus en plus vive, le succès de plus en plus difficile dans les professions libérales.

Les fonctionnaires : les petits ont à se louer des temps modernes, les grands en pâtissent. — Tendance très marquée vers une moindre inégalité des traitements. — Décroissance de tous les gros traitements depuis trois siècles. — Exemple de la France, de l’Allemagne, même de l’Angleterre. — Les pensions dans ce dernier pays.

Diminution du nombre de fonctionnaires dans plusieurs administrations publiques.

Tous ces changements portent une atteinte profonde à la situation de la haute et de la moyenne bourgeoisie.


Il est impossible d’écrire un livre sur la répartition des richesses, sans parler de la classe si intéressante des fonctionnaires publics et des personnes qui exercent les professions libérales. Comment, elles aussi, sont-elles affectées par l’ensemble des causes qui forment notre civilisation ?

Il nous paraît incontestable que, sauf quelques exceptions dont nous donnerons les raisons, la destinée des fonctionnaires publics et même celle de la plupart des personnes qui exercent les professions libérales, est plutôt en voie de décroissance qu’en voie d’accroissement. La rétribution des uns et des autres