Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/333

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


début du règne de Louis-Philippe, de 1833 à 1836, les compagnies diverses de banque et de crédit commencent à surgir, et les sociétés industrielles naissent de toutes parts sous le régime de la commandite. On compte alors à la cote quarante-quatre valeurs à revenu variable et juste autant à revenu fixe parmi les premières, on remarque les petits chemins de fer de Lyon à Saint-Étienne en 1833, et de Paris à Saint-Germain en 1836. Celui-là, qui est représenté par des actions de 5,000 francs, reste légèrement au-dessous du pair ; celui-ci, qui a déjà adopté le type plus maniable des actions de 500 francs, jouit d’une prime de 8 à 20 p. 100. Les canaux et les ponts à péages sont nombreux parmi les valeurs de ce temps ; on y trouve aussi des salines et des sociétés de dessèchement d’étangs ou d’exploitation de landes. Parmi les valeurs à revenu fixe figurent surtout les fonds d’État besoigneux qui indigent de grosses pertes à l’épargne française : huit variétés de rentes espagnoles, trois de rentes grecques, quatre de rentes portugaises, une d’Haïti. La période suivante, celle de 1836 à 1841, est l’époque de la grande floraison des sociétés en commandite dans cette dernière année, la cote enregistre cinquante-quatre valeurs à revenu fixe ; les titres des divers États de la fédération américaine, l’Illinois, l’Ohio, l’Indiana, le New-York, quelques obligations de chemins de fer et de sociétés industrielles sont venues s’ajouter aux valeurs à revenu fixe précédemment cotées. Quant aux titres à revenu variable, ils ont littéralement pullulé : nous relevons deux cent quatre valeurs différentes de ce genre dix-neuf banques, dix assurances maritimes, quatorze assurances contre l’incendie, cinq catégories d’actions d’assurances sur la vie, une société de remplacement militaire, dix-sept chemins de fer : Montpellier à Cette, Paris-Versailles, rive droite et rive gauche, Mulhouse à Thann, Paris-Orléans, dont les actions sont pendant plus de deux ans cotées de 407 fr. 50 à 480 francs et ne s’établissent définitivement au-dessus du pair qu’à partir de 1842 Paris à Rouen, dont les titres rencontrent au début la même défaveur sept catégories d’actions de canaux. C’est dans la même période que l’on voit poindre les premières en-