Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/266

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Stuart Mill a horreur de l’américanisme, cet état de société où toutes les facultés humaines sont tendues vers un seul objet, la conquête de la fortune ; « cette mêlée où l’on se foule aux pieds, où l’on se coudoie, où l’on s’écrase, où l’on se monte sur les talons, et qui est le type de la société actuelle. Ce n’est pas là selon lui « la destinée la plus désirable pour l’humanité ; c’est simplement une des phases désagréables du progrès industriel. » Il s’élève contre ces conditions sociales où « la vie de tout un sexe est employée à courir après les dollars, et la vie de l’autre à élever des chasseurs de dollars. » Il ne voit pas « qu’il y ait lieu de se féliciter de ce que « des individus, déjà plus riches qu’il n’est besoin, doublent la faculté de consommer des choses qui ne leur procurent que peu ou point de plaisir, autrement que comme signe de richesse ou de ce qu’un plus grand nombre d’individus passent chaque année de la classe moyenne dans la classe riche ou de la classe des riches occupés dans celle des riches oisifs. » Il ne trouve à ce progrès aucun avantage, et il déclare qu’en somme il est porté à croire que « l’état stationnaire serait bien préférable à notre condition actuelle ; » et il ajoute : « Le meilleur état pour la nature humaine est celui dans lequel « personne n’est riche, personne n’aspire à devenir plus riche et ne craint pas d’être renversé par les efforts que font les autres pour se précipiter en avant. »

Il faudrait citer presque complètement ces deux charmants chapitres de Stuart Mill sur les bienfaits de l’état stationnaire. Combien ce point de vue diffère de celui de Turgot ! À notre sens les idées de Stuart Mill sont plus justes que celles de Turgot, quoique les premières aussi contiennent quelque exagération.

Stuart Mill a trop négligé la fâcheuse, la déprimante influence que l’état stationnaire peut avoir sur la situation des classes moyennes : il a négligé aussi de se rendre compte de la torpeur intellectuelle que la privation de tout progrès ou plutôt que le ralentissement du progrès matériel inflige à la société. De même que Turgot avait fait une image, Stuart Mill a