Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/259

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les deux autres causes qui agissent dans le même sens et apportent quelque interruption à la chute du taux de l’intérêt, c’est, d’abord, l’émigration des capitaux, surtout vers les pays neufs ; ce sont ensuite les guerres, les emprunts d’États et de villes.