Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/100

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


suivant le service rendu. Ainsi, entre dix propriétaires qui ont fait des améliorations sur leurs terres, une moitié peut s’en être bien trouvée, et l’autre moitié mal. Il en résulte que tel propriétaire en particulier peut être regardé comme l’objet des faveurs spéciales de la civilisation et du hasard, mais qu’il est abusif d’en conclure que la classe entière des propriétaires soient dans ce cas. Il se pourrait très-bien que cette classe retrouvât à peine ou ne retrouvât même pas, dans la hausse de la rente de la terre, l’intérêt normal de ses dépenses et le prix légitime de ses efforts. La théorie de la rente de la terre pourrait donc être vraie en elle-même, avoir des conséquences importantes dans tel ou tel cas déterminé, et n’avoir cependant aucune portée sociale.

Enfin, une autre vérité que n’a pas développée Bastiat, mais qui est incontestable, c’est que le hasard, le bonheur, la providence, tiennent toujours une grande place, sinon une place prédominante, dans la rémunération des efforts humains. C’est aussi vrai de l’industrie, du commerce, des professions libérales, de la main-d’œuvre même, que de la propriété foncière.

Les objections de Carey et de M. Hippolyte Passy à la doctrine de Ricardo sont autrement précises et topiques que celles de Bastiat. L’un et l’autre se placent au point de vue expérimental et parlent en agronomes. Le célèbre économiste américain Carey n’a aucune peine à prouver que l’ordre historique des cultures n’est pas celui qu’a indiqué Ricardo ; c’est précisément l’opposé. Prenant pour terrain de démonstration les États-Unis, où le peuplement et le défrichement sont récents, il remarque que les pionniers ont toujours commencé cultiver les sols légers, situés sur les collines, c’est-à-dire ceux dont la fertilité est médiocre, qu’ils n’ont abordé que beaucoup plus tard les terres profondes, situées dans les vallées, encombrées d’arbres, de broussailles, de marais., etc., parce que la mise en culture de ces terres infiniment plus riches eût exigé de leur part beaucoup plus de frais, beaucoup plus d’efforts. Il nous parait que cette théorie de Carey est très-exacte sur-