Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/94

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nous nous séparâmes à Kobi. Je partis en poste. Lui, à cause de sa voiture chargée, ne put me suivre. Nous comptions ne jamais nous revoir, mais cependant nous nous rencontrâmes, et si vous le désirez, je vous raconterai cela. C’est toute une histoire. Avouez seulement que Maxime Maximitch était un homme digne d’estime ! Si vous avouez cela, je vous en récompenserai par un récit qui ne sera pas trop long.


FIN DE BÉLA.